Pour le weekend de la saint Valentin, Chéri et moi avions envie de bouger, pas forcément loin, et pas cher, sans que ce soit galère pour voyager (habitant à différents endroits de la France, le temps de faire le trajet, il fallait quand même prendre en compte le temps du voyage pour que nous puissions profiter au maximum du weekend). Après avoir eu en tête Brighton, nous nous sommes arrêtés sur Reims, car Brighton mérite un peu plus qu’un weekend pour découvrir la ville entièrement.
Après un trajet aventureux (retard de train qui ne nous as pas permis d’assurer notre correspondance à Paris), nous sommes arrivées à Reims le samedi matin. Au programme visites touristiques évidemment mais aussi dégustations de spécialités ! La ville du champagne et des biscuits roses nous a offert un temps mitigé avec pas mal de vent, ce qui ne nous a pas poussé à trop trainer dehors…
REIMS 01
La cathédrale de Reims, un classique
“Of Course”,nous avons visité la cathédrale de Reims ! Et elle vaut le détour croyez-moi, non seulement pour sa façade très détaillée (qui malheureusement était en travaux pour restauration lors de notre passage, en même temps tant mieux pour notre patrimoine !), mais aussi pour ses vitraux très diversifiés au niveau des styles avec entre autre une œuvre de Chagall.
REIMS 02
Quelques vitraux magiques…
Nous avons déjeuné chez Edgar, un Bar/Bistrot à l’ambiance sympathique à découvrir place du Forum, sur laquelle vous trouverez le deuxième endroit où sont regroupés les restaurants après la place Drouet d’Erlon (en face de la gare). Nous nous sommes régalés avec les tartares de bœuf au couteau (avec sel de Guérande, tomates confites…) accompagnés des frites maisons.
Après avoir mangé, nous avons découvert le musée des Beaux-Arts qui ne comporte pas forcément d’oeuvres majeures de l’histoire de l’art mais des tableaux tout de même intéressants à voir (natures mortes de Gauguin, grands tableaux religieux de Jean et Jacques Hélart). J’ai découvert l’artiste Tsuguharu Léonard Foujita qui est très connu à Reims : en effet, il s’est converti au catholicisme dans la cathédrale de Reims en 1959 et s’est tourné vers l’art religieux.
En fin d’après-midi, nous avions prévu la visite des caves de champagne Pommery. Attention, pour n’importe quelle cave, il faut appeler afin de réserver et on vous donnera une heure de visite. C’était une vraie découverte pour moi qui n’y connait absolument rien en alcool, encore moins en champagne (des fois je retiens des petits trucs qu’on me dit pour faire ma crâneuse en soirée, mais c’est tout). Alors là j’ai bien emmagasiné touuuutes les informations de la création du champagne à la mise en bouteille pour un prochain apéro dinatoire lors duquel je pourrais montrer que j’ai de la bouteille (hahaha….).

REIMS 03

Le hall des caves Pommery, qui recevait le FRAC (Fond Régional d’Art Comtenporain) pour ses 30 ans
Niveau historique, J’ai entre autre retenu que madame Pommery est celle qui a développé la marque de champagne après la mort de son mari, toute seule (la pauvre…il faut dire que son défunt mari était un riche industriel et qu’elle a tout fait construire d’un seul coup, financièrement, ça allait !) mais qu’elle n’était pas la première femme à l’avoir fait (La veuve Clicquot fut la première) et qu’autrefois le champagne était bu chaud et était plus sucré que du Coca-cola.
Voilà pour le samedi, le dimanche ne fut pas hyper riche niveau visite car après un petit restaurant, nous avons préféré filler au cinéma pour nous reposer et nous réchauffer plutôt que de continuer à arpenter les rues =) Je conseille donc la visite de Reims, en un weekend, hors saison, c’est juste parfait, malgré le temps pas terrible : vous évitez les tarifs exorbitants, les hordes de touristes et 2 jours suffisent à visiter les principaux lieux. J’ai passé un super weekend de saint valentin, malgré une crève persistante !

Alice